Objectif

Convaincue que le Pôle académique Liège-Luxembourgest une opportunité à saisir, la Maison des Sciences de l’Homme entend, pour le domaine des sciences humaines, soutenir, accompagner et dynamiser les collaborations entre des services de l’Université de Liège et les Hautes Ecoles ou Ecoles Supérieures des Arts.

Les laboratoires d’expertises croisées articulent différents niveaux et formats d’expertises. Ils se développent au sein du pôle en croisant les dynamiques de recherche, d’intervention et d’enseignement. En bref, les laboratoires d’expertises croisées visent une meilleure circulation des savoirs.

Laboratoire : du latin scientifique moderne laboratorium, du latin classique laborare, travailler  : le laboratoire est d’abord un endroit où l’on travaille
Expertises : compétences, capacités, expertises d’usage, connaissances, etc.
Croisées : mise en dialogue, en synergie.

 

Concrètement

Les laboratoires sont initiés par la MSH ou à la demande d’un partenaire du Pôle académique, en l’occurrence les Hautes Ecoles (HE) ou Ecoles Supérieure des Arts (ESA). Ces laboratoires réunissent des enseignants-chercheurs de l’ULg et d’une HE ou ESA.

En fonction du type de laboratoire initié, des moyens (humains, techniques,…) sont rassemblés par les partenaires et mis à disposition. Les partenaires s’engagent communément dans une dynamique de recherche, sur une durée longue (3 à 5 ans).

Contact
Rachel Brahy – Coordinatrice scientifique
Bât. O1 Maison des Sciences de l’Homme – Université de Liège
Place de la République française 41 (7e étage), B-4000 Liège
Email : rachel.brahy@ulg.ac.be

Nos Laboratoires

Banlieues d’Europe : une documentation sur les interventions artistiques dans les quartiers populaires

Le réseau international Banlieues d’Europe a rassemblé durant 25 ans, des artistes, des organisations qui ont développé la création artistique dans les quartiers situés au ban de la société. Les membres de Banlieues d’Europe ont inscrit leurs objectifs et leurs actions dans le combat pour la démocratie culturelle, pour que chaque être humain puisse exprimer et communiquer ses imaginaires dans les différents langages artistiques. Parce que ce combat est essentiel pour la vie et la survie de nos sociétés, ils ont voulu montrer et partager le travail de tous ceux qui rendent cet idéal possible, réel et communicable. L’action du Réseau visait essentiellement la rencontre de porteurs et d’acteurs de projets, la suscitation d’actions et de coopérations. (En savoir plus)

 

Ethnodrame haïtien : formation des comédiens et expérimentation du commun

© Lou Hérion

Contexte de la collaboration : Au sein de l’Ecole Supérieur d’Acteurs (ESACT) du Conservatoire Royal de Liège/domaine Théâtre, les rapports entre ritualité vaudou et performance théâtrale sont travaillés depuis 2010 par le Pr P. Varasso dans le cadre d’un projet pédagogique de coopération culturelle soutenu par Wallonie-Bruxelles Internationale (WBI). Ce travail avec les étudiants-acteurs est sous-tendu par l’idée ou l’hypothèse que le vaudou comprend « des pratiques expressives entretenant une profonde familiarité avec les arts dramatiques ». (En savoir plus)

 

 

 

La représentation politique des usagers du travail social et des travailleurs sociaux

Le travail social peut se concevoir comme médiation entre l’usager, les institutions sociales et la société. Souvent dévalorisées les interventions sociales sont faites d’actes parfois très ordinaires (donner à manger à une personne âgée, aider un couple à chercher un logement, jouer au basket avec des jeunes dans la rue, etc.) qui, pourtant, n’ont rien d’anodins. L’objectif de ce LEC est d’explorer le versant le plus radical du travail social, celui qui concerne sa (re)légitimation en tant qu’activité productrice de social. Pour ce faire, la question de la représentation des usagers du travail social et des travailleurs sociaux eux-mêmes doit être posée : comment font-ils valoir leurs points de vue, leurs conceptions du monde, leurs réalités, etc. ?  (En savoir plus)