Date : Jeudi 27 avril 2017, de 18h00 à 20h00
Lieu : Maison de la Presse, rue Haute Sauvenière, n°19, 4000 Liège.
Débat organisé en collaboration avec le Laboratoire d’études  sur les médias et la médiation de l’ULg (LEMME)
Orateurs : Pr Christine Servais (LEMME), Pr Véronique Servais (LASC – Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle de l’ULg et LEMME), Bénédicte de Villers (LASC), Baptiste Dethier (Synergie Wallonie), Jean-François Orianne (CRIS ULg – Centre de Recherches et d’Interventions Sociologiques), Valérie Bada (CIRTI ULg – Centre Interdisciplinaire de Recherche en Traduction et en Interprétation et LEMME), Christine Pagnoulle (Traductrice littéraire et militante), Bernard Van Asbrouck (FOREm), Thierry Derycke (FOREm),  Nancy Delhalle (CERTES, ULg), Daniel Lesage (Théâtre de la Communauté), Pierre-Yves Hurel (Doctorant et chargé de projet Arts et Publics), Thérèse Lucas (Service de médiation scolaire, FWB), Brigitte Monfort (praticienne en médiation animale et hypothérapeute) et Werner Moron (artiste plasticien)
Animation par Laura Beuker (MSH ULg)

La médiation, présente dans de nombreux domaines (culturel, familial, juridique, scolaire, thérapeutique, etc.), est souvent définie par ses objectifs : on veut résoudre des conflits, rassembler, créer du commun, organiser la rencontre entre les œuvres et les publics, guérir ou encore transmettre un savoir.

Répondant parfois à des instructions claires, ces objectifs façonnent les modalités de la médiation et orientent l’action. Ils sont autant de balises sur la base desquelles les professionnels peuvent se reconnaître, s’identifier, s’orienter et mobiliser des ressources.

Toutefois, s’en tenir strictement aux objectifs fixés fait aussi, paradoxalement, courir le risque d’échouer.

C’est pourquoi praticiens et chercheurs en médiation ont choisi de s’associer ici pour interroger ces objectifs et le guidage des pratiques qu’ils instaurent.

Quels sont-ils ? Par qui sont-ils fixés ? Doivent-ils être connus de tous les partenaires ou peut-on, a contrario, travailler avec un agenda caché ? Comment et jusqu’où les objectifs fixés définissent-ils les pratiques professionnelles ? Ne risquent-ils pas finalement de cadenasser les potentialités de la médiation, en ne laissant pas suffisamment de place à l’imprévu ou en rétrécissant notre angle de vue ?

C’est de ce sujet dont vont parler, en binôme, chercheurs et professionnels de la médiation.

Ce débat s’inscrit dans une journée d’étude (le 27 avril, 09h-17h) : « La médiation : un concept pour problématiser les pratiques ». Ces deux évènements sont organisés à l’occasion de la parution chez De Boeck de l’ouvrage « La médiation. Théorie et terrains ».

Plus d’informations sur le site du LEMME.